Une simple douleur au poignet?

Nous avons tous, un jour ou l’autre, souffert d’une blessure mineure au doigt, à la main ou au poignet causant des douleurs et de l’enflure. Ces blessures sont fréquentes lorsqu’on pratique des sports de contact tels que le football, le hockey et le soccer. Lafracture du scaphoïde fait partie de ce type de blessures, mais elle est trop souvent négligée. Si on ne la traite pas à temps, elle peut entraîner d’importantes conséquences à long terme sur le mouvement, la force et la fonction du poignet. Le scaphoïde est un petit os situé à la base de la main, juste en dessous du pouce. C’est le plus grand des huit petits os du poignet (os carpiens) et il ressemble, tant par sa taille que sa forme, à une noix d’acajou. En fait, le scaphoïde est l’os le plus fréquemment fracturé dans la région de l’articulation du poignet. Il peut se casser facilement lors d’une chute sur une main tendue. Souvent, les gens négligent cette blessure, la douleur aigue s’estompant après quelques jours. Comme la fracture de cet os entraîne rarement des bleus ou une difformité, on pourrait croire qu’il s’agit d’une simple élongation du poignet qui guérira d’elle-même.

Pour diagnostiquer une fracture du scaphoïde, la radiographie s’impose. Si l’os n’est pas déplacé, une radiographie effectuée au cours de la première semaine pourrait indiquer un résultat négatif. Cependant, une seconde radiographique prise dans les 10 à 14 jours suivant la blessure pourrait révéler l’existence d’une fracture. Il est donc essentiel que vous consultiez un médecin si vous avez subi une blessure douloureuseà la base du pouce. Le protocole normal consiste à plâtrer/atteler immédiatement la main en cas de fracture à l’os. On conservera le plâtre jusqu’à la seconde radiographie, effectuée quelques jours plus tard, qui révélera si l’os est cassé ou non. Une fracture du scaphoïde non traitée peut entraîner une multitude de complications étant donné que certaines cassures compromettent la circulation sanguine vers l’os. Privé de sang, l’os mourra. À sa mort, l’os est réduit en poudre et le poignet perd de sa force et de sa capacité de bouger. Dans un tel cas, l’intervention chirurgicale devient la seule solution pour guérir la fracture. Le chirurgien devra mettre des tiges et des vis pour stabiliser l’os. Si la fracture ne guérit toujours pas, une greffe d’os (une portion d’un os situé ailleurs dans le corps) peut s’avérer nécessaire pour fixer l’os.

La radiographie de gauche montre une fracture du scaphoïde traitée à l’aide d’une vis introduite lors d’une intervention chirurgicale. La vis permet de maintenir les deux fragments alignés. La radiographie de droite, prise 4 mois après l’intervention chirurgicale, montre que la fracture du scaphoïde est cicatrisée. La plupart des gens ressentiront une raideur au poignet à la suite d’une fracture du scaphoïde. Le problème est fréquent si le plâtre a été porté pour une période prolongée ou après une intervention chirurgicale. Dans de tels cas, la physiothérapie est grandement recommandée pour contrer les effets de raideur. En fait, la physiothérapie sera nécessaire pour parvenir à recouvrer la force et la capacité de mouvement du poignet, du pouce et des doigts. La réhabilitation devrait commencer dès le feu vert du chirurgien orthopédique; attendre ne règlera en rien le problème de raideur de l’articulation et aggravera la perte de masse musculaire. Durant les séances de traitement, un physiothérapeute recourra à des techniques de mobilisation pour améliorer l’amplitude du mouvement et rompre les tissus cicatriciels. Il proposera aussi un programme d’exercices à faire à la maison afin que le patient maintienne les gains réalisés durant la thérapie. Étant donné qu’il est impossible d’assurer une pleine récupération du mouvement et de la force du poignet, il est important que le patient suive avec sérieux les séances de thérapie et son programme d’exercices.

Pour connaître plus ou prendre un rendez-vous avec Kelly Cappadocia, appelez au 514-684-9073.